Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/09/2010

Pédophilie/Belgique : Mgr Léonard accusé de "laissé-faire"

.....et depuis belle lurette !

 

léoaraison 001.jpgUn homme, victime d'abus sexuels dans sa jeunesse, accuse le chef de l'Eglise catholique belge d'avoir été indulgent.

 

Joël Devillet, victime d'abus sexuels perpétrés par un curé dans sa jeunesse, accuse le chef de l'Eglise catholique belge, Monseigneur André Joseph Léonard, d'avoir été beaucoup plus indulgent à l'époque qu'il ne l'est maintenant sur les cas de pédophilie dans le clergé.

Dans un quotidien belge du jeudi 28 avril, Joël Devillet explique que lorsqu'il était adolescent dans les années 1980, il a été victime d'attouchements réguliers d'un prêtre du diocèse de Namur en Wallonie. Il s'en était plaint en 1996 à Monseigneur Léonard, évêque à l'époque. Il accuse le prélat d'avoir "laissé faire". "Bien qu'il ait reconnu les faits, ce prêtre est encore resté cinq ans en poste et a continué à faire des victimes. Léonard a tout fait pour éviter un procès" a-t-il affirmé.

Plus encore, il explique qu'"un arrangement financier a été élaboré, selon lequel le prêtre paierait un tiers des coûts de ma thérapie, l'évêché un deuxième tiers et moi le dernier tiers".

Depuis que Monseigneur Léonard est devenu archevêque de Malines-Bruxelles en janvier dernier, et à ce titre primat de l'Eglise catholique belge, il a opté pour une politique intransigeante à l'égard des membres du clergé coupables d'actes pédophiles. L'illustration la plus spectaculaire a été la démission de l'évêque de Bruges, le 23 avril dernier, qui a reconnu publiquement avoir abusé d'un mineur pendant des années.

 

L'affaire entre les mains de la justice

Cette affaire, opposant Joël Devillet à l'archevêque est dorénavant entre les mains de la justice a souligné le porte-parole de Monseigneur Léonard. Le tribunal de Namur a débouté la victime, en 2009, d'une demande de dommages et intérêts, mais la procédure n'est pas terminée et "nous laissons la justice faire son travail" a-t-il indiqué.

Le porte-parole reconnaît, par ailleurs, qu'"aujourd'hui, cette affaire de pédophilie serait traitée différemment, en liaison avec Rome", mais "à l'époque on a fait le maximum en écartant le prêtre impliqué de toutes ses fonctions pastorales qui l'auraient mis en contact avec des jeunes".

Joël Devillet, qui lui-même voulait devenir prêtre pendant un temps, ne souhaitait pas alors que le curé soit davantage accablé.

(Nouvelobs.com avec AFP)

06:14 Publié dans Belgique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.