Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/07/2009

" un fils a papa a L'Europe " (dessin actu)

1 dessin , 2 actu's !

Un p'ti vélo dans le cerveau !

Un p'ti vélo dans le cerveau !
( demain sur le même sujet " un fils a papa a L'Europe " )

Jetez l'oreillette, par Greg LeMond

Mises à part ces circonstances, je ne vois pas l'utilité de leur généralisation. L'argument selon lequel la course est plus sécurisée depuis qu'elles sont employées ne se vérifie pas dans les faits. Il y a plus de chutes que jamais. Je me demande même si le port de l'oreillette n'apporte pas au coureur un excès de confiance, qui fait qu'il accélère plutôt qu'il ne ralentit dans les virages serrés.

Mardi, l'oreillette est interdite sur la route du Tour, entre Limoges et Issoudun. La polémique qui fait rage sur son utilisation me laisse perplexe. La question aurait dû être tranchée il y a des années.

Les oreillettes contribuent à une meilleure transmission de l'information - via les liaisons radio - entre le coureur et le directeur sportif. Elles peuvent être utiles pour éviter de perdre du temps à cause d'un boyau à plat ou pour éviter la déshydratation lors d'une étape caniculaire.

Reste que, d'après ce que j'ai pu observer, les oreillettes ont totalement modifié l'essence de la course. L'esprit tactique, le bluff, la stratégie magnifient la beauté du cyclisme. Or, cette beauté ne tient pas à une personne qui dicte ses choix du fond d'une voiture.

Avec l'oreillette, le coureur n'est plus libre de prendre une décision au vu de ses seules sensations. Et le cyclisme risque de se perdre totalement s'il tombe définitivement entre les mains d'un médecin d'un côté, et d'un directeur sportif de l'autre.

La pharmacopée et les oreillettes transforment les coureurs en robots. Or, un champion est une combinaison savante de puissance, d'intelligence, de tactique et d'instinct. Quand à la course, elle est à la fois un marathon et un jeu d'échecs. Il faut savoir duper son adversaire, faire en sorte qu'il pense qu'on est serein, le regard impassible quand il vous dévisage, alors qu'on souffre mille morts. C'est du un contre un.

Si une aide extérieure lui rapporte que je roule des épaules quand il ne me regarde pas, que je m'arc-boute sur le bec de selle pour suivre le tempo, alors la voix de l'oreillette lui dira de placer un équipier en tête pour augmenter la cadence.

La science de la course s'apprend et fait partie intégrante des aptitudes d'un champion. Mais ce que le milieu ne semble pas comprendre est qu'un Tour propre et des coureurs livrés à leurs seuls sens décupleraient l'intensité et la dramaturgie de l'événement. Les courses cyclistes ont traversé quatre-vingts ans d'exploits sans avoir recours aux oreillettes ou aux produits qui métamorphosent les organismes, et j'ai l'audace de penser qu'elles étaient aussi palpitantes qu'aujourd'hui, sinon plus. A-t-on plus de plaisir à regarder des visages impavides du début à la fin d'une étape ? Qu'on revienne à une course où le coureur a son mot à dire sur son destin et où la souffrance se lit sur les visages.


--------------------------------------------------------------------------------
Greg LeMond est le premier coureur américain à avoir remporté le Tour de France. Il s'est imposé en 1986, 1989 et 1990.

08:11 Publié dans Belgique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.