Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/03/2009

BIENTÔT UN NOUVEAU PARTI DE LA DECROISSANCE ?

BIENTÔT UN NOUVEAU PARTI DE LA DECROISSANCE ?
Croissance : drogue ou produit masquant pour l'économie ?
par Thierry FAYRET

Dans les médias, les économistes de tous bords font front commun pour défendre un retour de la croissance. A la façon d'un toxicomane en manque, les économistes hurlent à la croissance. Est-ce une dépendance clinique ou cela cache-t-il bien autre chose ?

Nos modèles économiques revendiquent une justice sociale fondée sur l'idée que la croissance des uns, aussi démesurée soit-elle, finie par profiter aux autres. C'est cette théorie qui justifie les salaires ou les capitaux mirobolants d'une minorité s'affichant comme des locomotives pour tout le système.






Mais voilà, la mécanique s'est grippée. Officiellement, certains auraient abusés de jeux financiers trop complexes et il y aurait eu création de produits toxiques ! Mais la réalité est sûrement finalement plus simple, mais risque de mettre quelques années a être acceptée : c'est la promesse d'une croissance à 5% par an qui est une promesse toxique !

Tout système ne peut croître que de ce qu'il prend ou reçoit. Aujourd'hui, nous semblons découvrir que les matières premières vont venir à s'épuiser et que le soleil est la seule ressource durable sur terre, qui se transforme de diverses façons. Il va donc bien falloir négocier avec cela. La croissance globale va devoir s'équilibrer à hauteur du flux d'énergie solaire que l'on reçoit et transforme. Quand à la "croissance matériel", elle n'a d'avenir que dans le cadre dune réflexion de type "écosystèmique" à l'échelle des usages humains.

Pour résumer, il va falloir s'habituer à une croissance globale proche de zéro, car c'est finalement la seule dont nous disposions durablement. Cela ne signifie pas qu'individuellement la croissance sera nécessairement nulle, un effet de noria entre générations, entre pays peut générer des "croissances relatives", mais certainement plus raisonnées et mesurées que l'hyperconsommation actuelle.

Donc, s'il n'y a plus de croissance à l'avenir, la règle fondant la justice sociale du système d'hier tombe elle aussi. Une fois la promesse d'une croissance perpétuelle tombée, une question va se poser, celle de la répartition des richesses, celle des inégalités frappantes entre pays, mais aussi dans les pays. Le voile va tomber sur le modèle économique et les peuples risquent de demander des comptes à tous ceux qui ont fait vivre ces modèles. Voilà ce qui perturbe la sphère économique ces derniers jours, simplement la peur d'avoir à rendre des comptes ... pas forcément financiers d'ailleurs.

Non, la croissance n'est pas un produit addictif pour les économistes, c'est simplement un produit masquant pour les modèles qu'ils ont défendus depuis des années et qui ont justifié tant d'inégalités sociales, ici et partout dans le monde. Un produit masquant comme en utilisent certains sportifs, pour cacher ce qui leur permet de faire des performances hors du commun.
_______________________________

Ph Defeyt semble donc ne pas y croire. Non parce que l'idée serait déraisonnable. Ne dit-il pas : "Les promoteurs de la décroissance sont insatisfaits et plaident pour une réduction de la consommation absolue (et non simplement relative). Ce qui importe, c'est de réduire la charge totale. Ce raisonnement est fondé.". Mais parce que, et je cite à nouveau l'article, Defeyt s'interroge :" Comment mettre en oeuvre la décroissance ? Qui oserait aller aux élections derrière un thème pareil ?

08:41 Publié dans Belgique | Lien permanent

Commentaires

> Qui oserait aller aux élections derrière un thème pareil ?

Ben ... nous ! ;-)
avec vous ?

Stef, en direct du Havre

$t€Fan€ Mad€£ain€
"Objecteur de croissance" mais pas "décroissant"
Le comble pour un escargot, avoir raison de plus en plus vite !!!

http://www.partipourladecroissance.net/
http://decroissance.lehavre.free.fr/

Écrit par : Stéphane Madelaine | 09/03/2009

Les commentaires sont fermés.