Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/10/2008

CHERCHE PARTENAIRE(EQUITABLE) POUR ECHANGE EQUITABLE

CHERCHE PARTENAIRE POUR ECHANGE EQUITABLE



































Le commerce équitable est un partenariat commercial et un mouvement social qui vise à l'amélioration du droit et des conditions de commerce des travailleurs marginalisés, en particulier dans le cadre des échanges internationaux Nord-Sud. Il concerne tout particulièrement la paysannerie dans son ensemble (production vivrière, matières premières, artisannat).

La démarche de commerce équitable consiste en une action collective d'organisation de nouveaux chemins de production et de distribution pour le marché international, basés sur des normes sociales, économiques et environnementales propres , ne nécessitant pas l'intermédiaire des États et la modification des législations nationales .

Les tenants du commerce équitable font la promotion de la démocratie, de la transparence et du respect des droits de l'homme, autour d'objectifs définis par les producteurs, dont des prix de production déterminés non seulement par les coûts économiques, mais en prenant aussi en compte les coûts de production humains, sociaux et environnementaux.

Christian Jacquiau, économiste, a écrit «Les coulisses du commerce équitable». Il insiste sur les dérives du commerce équitable en dénonçant notamment la grande distribution.

 Quelles critiques faites-vous du commerce équitable ?
Christian Jacquiau : Depuis son origine, le commerce équitable a perdu de son contenu. Nous sommes passés du commerce équitable, au commerce de l'équitable. Quand Max Havelaar a été créé par des prêtres irlandais, le but était de transformer la mondialisation. Ensuite, cette association a cherché des partenaires comme Accor, Mc Donald's ou Starbuck. Maintenant, c'est la grande distribution qui investit le secteur. Les slogans utilisés par cet acteur, c'est «changer le monde en buvant du café.» Mais en donnant une pièce à un mendiant, je ne change pas le monde. Ça ne fait qu'accompagner le système en apposant un pansement. Et encore, cela ne profite qu'à un petit nombre de personnes. C'est la limite de l'équitable où l'on cherche à culpabiliser le consommateur.

De nombreux acteurs considèrent cependant qu'en commercialisant des produits en grande distribution, cela permet de toucher un maximum de personnes….
Ce type de raisonnement est un moyen de tuer toutes alternatives et initiatives développées par les boutiques équitables. Nous sommes dans une approche caritative, comme le chèque que l'on signe une fois l'an à une association. Leclerc se lance aujourd'hui dans l'équitable avec sa «Marque repère» en voulant écraser les prix. Comment ? On ne sait pas. On va donner quelques centimes de plus à des producteurs, c'est une approche qui n'est plus du tout politique. Les producteurs reçoivent en moyenne 50 euros par an, environ 4 euros par mois. A cela, les producteurs doivent soustraire les frais de coopérative. De même, Max Havelaar parle des paysans pauvres, mais pas des salariés des paysans pauvres qui, eux, ne sont pas concernés par l'équitable.

Les labels ne permettent-ils pas de vérifier la chaîne du commerce équitable ?

Il n'existe pas de label. Vous avez une marque, Max Havelaar, qui se prétend label. Max Havelaar France est fédéré au sein de F.L.O (Fairtrade Labelling Organization) qui a créé FLO-Cert., sa propre norme de certification. Un bon moyen d'obtenir des subventions. Il n'existe pas de vrai label équitable car il faudrait un cahier des charges contrôlé par une structure indépendante ainsi qu'un organisme certificateur indépendant agréé par les pouvoirs publics. Il y a eu une tentative pour définir précisément le commerce équitable, mais personne ne sait le faire. La loi qui a été votée est une loi a minima, influencée par les lobbies limitant le commerce équitable aux plus défavorisés. Enfin, en 2005, la Répression des fraudes a mené l'enquête sur 55 acteurs différents. Il en ressort qu'il n'y a aucune traçabilité sur leur démarche.

 

 

 

 

 

 

 

 

09:34 Publié dans International | Lien permanent

Commentaires

je cherche les coordonnées personnelles de C Jacquiau pour lui poser une question sur le bio importé de chine

Écrit par : conjard | 24/11/2008

Les commentaires sont fermés.