Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/09/2008

Bart De Wever, plus flamand rose que jamais .

LA NVA REJETTE LE RAPPORT DES MEDIATEURS

Bart De Wever, plus flamand rose que jamais .


































LA NVA REJETTE LE RAPPORT DES MEDIATEURS





Rappel.....


Bart De Wever : « Je ne suis pas Milosevic »


Pour Bart De Wever, les francophones sont des "immigrants" en Flandre


Bart De Wever menacé de mort


Bart De Wever choque la communauté juive !


Bart De Wever, dépeceur de la Belgique


Bart De Wever, un ex-disciple lepéniste ?


Bart De Wever: "Je suis menacé par les belgicains"


Sur quelle planète vit Bart De Wever?


Bart De Wever is meneer nee


Bart De Wever négationniste


Bart De Wevere Le boutefeu de la Belgique
Article publié le 28 Novembre 2007 dans "le monde"


Le cordon sanitaire autour de Bart De Wever


Bart de Wever personnalité toxique de l'année


Bart De Wever exige la scission de BHV ...!


La NVA rejette le rapport des médiateurs
C'est surtout la N-VA qui pose problème. Ce parti n'est pas satisfait du rapport des médiateurs.

Dans l'état actuel des choses, la N-VA n'est pas prête à soutenir le dialogue institutionnel de Communauté à Communauté, a indiqué le ministre flamand Geert Bourgeois (N-VA) vendredi soir. Si la NVA confirmait son refus de participer aux discussions à l'issue de son congrès dimanche, la crise politique que connaît la Belgique depuis 15 mois devrait s'aggraver : elle pourrait pousser le CDV à refuser lui aussi ces négociations, pour sauver son cartel avec la NVA à l'approche des élections régionales de juin 2009. Si le CD&V ne suit pas la N-VA, cela signifierait sans doute la fin du cartel et de la présence de la N-VA au gouvernement flamand. M. Bourgeois a d'ailleurs dit vendredi qu'il ne s'accrochera pas à son poste ministériel.

La N-VA est d'avis que le rapport « ne répond pas aux conditions fixées par le gouvernement flamand pour participer à un dialogue de Communauté à Communauté ». « La réforme de l'Etat est reportée à plus tard et on veut renégocier sur BHV », dit le bureau du parti. Celui-ci ajoute que les déclarations du président du MR Didier Reynders vont tout à fait à l'encontre des conditions posées par le gouvernement flamand.

Le ministre Geert Bourgeois a souligné que le texte des médiateurs est imprécis et n'offre « pas de garantie ». « Après 15 ou 16 mois de négociations sans résultat, nous ne voulons pas tromper les citoyens, nous voulons pouvoir regarder les électeurs droit dans les yeux », a encore commenté M. Bourgeois.

La N-VA communique après la réunion du gouvernement
Le ministre N-VA Geert Bourgeois ne participait pas à la conférence de presse après la réunion du gouvernement flamand. C'est après cette conférence de presse, qu'il a dit que son parti avait rejeté le texte des médiateurs. Il n'avait pas communiqué ce point de vue pendant la réunion du gouvernement flamand à laquelle il participait, ont fait remarquer plusieurs ministres. Ceux-ci ajoutent qu'en raison des déclarations de M. Reynders, le texte des médiateurs lui-même n'a finalement pas fait l'objet des discussions du gouvernement flamand qui ne s'est préoccupé que de ces déclarations.

Le gouvernement flamand se réunit donc à nouveau samedi mais il semble impossible que la N-VA modifie son point de vue et le congrès de dimanche devrait suivre la proposition du bureau du parti.

La N-VA pourrait alors aussi décider, outre de ne pas participer au dialogue, de ne plus participer au gouvernement flamand et de ne plus soutenir le gouvernement fédéral. Il faudra alors voir quelle sera l'attitude du CD&V, ce dont dépendra l'avenir du cartel qu'il forme avec la N-VA.

Lundi, le ministre-président Kris Peeters doit lire devant le parlement flamand la traditionnelle déclaration de rentrée de son gouvernement.

Des accords avant juin 2009
Les trois « médiateurs », nommés en juillet pour tenter de définir le cadre de ces négociations et sortir du blocage qui dure depuis juin 2007, ont préconisé vendredi qu'elles démarrent avant la rentrée parlementaire du 14 octobre, dans un rapport au roi Albert II.

Après deux mois de consultations, les médiateurs – François-Xavier De Donnea, Raymond Langendries et Karl-Heinz Lambertz – ont estimé possible le lancement de « négociations sérieuses conduisant à une autonomie accrue » des régions, principale revendication de la Flandre, la plus riche et la plus peuplée des régions du pays (Flandre, Wallonie, Bruxelles).

Mais ce dialogue, réunissant six francophones et six Flamands, devra partir d'« une page blanche, sans tabous, ni préalables », recommandent les médiateurs. Et se faire « sans remise en cause de la solidarité interpersonnelle » au niveau fédéral, une condition sine qua non posée par les francophones, qui limite les transferts de compétences potentiels dans les domaines social et fiscal.

Aucune date n'est fixée pour l'aboutissement de ces pourparlers. Les médiateurs soulignent simplement que « des accords partiels pourront être conclus avant les élections régionales de juin 2009 ». Leur issue semble d'autant plus aléatoire que les médiateurs n'ont rien décidé sur la façon dont devra être négocié le sort des francophones de la périphérie bruxelloise, grande pomme de discorde avec les Flamands. Ils disent simplement qu'« un autre cadre élargi de négociation devra, au moment approprié, être mis sur pied pour résoudre cette problématique ».

05:52 Publié dans Belgique | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.